Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La maison de Luther
  • : Le fil conducteur de ce blog est la restauration d'un hôtel particulier du XVII ème sur des bases médiévales. Je vous ferai découvrir aussi les châteaux de l'Albret et du Lot et Garonne, je vous parlerai de sauvegarde du Patrimoine et de l'histoire de Nérac à travers ses vieux quartiers, ses bâtiments, son architecture. Je vous souhaite une agréable visite
  • Contact

De la cave au grenier

 

 

 

 



       

       

        

Archives

9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 17:58

 



L’escalier existant qui mène du rez-de-chaussée au premier étage.


  Très dangereux, marches et limons pourris! Et sous la première volée de marches le puits… ça vous tente, alors après-vous.

Je n’arrivais pas à me décider. Le refaire à l’identique, ou prendre une option différente ? Dilemme… 3 ans de réflexion, réflexion un peu forcée de part la problématique du financement et de l’option à prendre concernant ce projet d’escalier. J’ai donc procédé par élimination; je voulais un escalier en « dur », donc plus de bois, bien que… j’ai longtemps hésité car, la première volée de marches et le 1er palier en pierre et le reste de l’escalier en bois me séduisait beaucoup ( un côté médiéval qui n’est pas pour me déplaire, mais connoté un peu trop château fort pour ce lieu)…

Certes un escalier en pierre serait du plus bel effet, mais problème, sous le rez-de-chaussée, il y a une cave sur voûte et, un escalier en pierre ça fait beaucoup de poids!…

Je me décide enfin, ce sera un escalier sur voûte tout en briquette…

Pour la construction!!! la technique de la voûte sarrasine...

L’inspiration: un escalier du château d’Amboise

 

Il faut se remuer, on y va. Démolition, évacuation, trouver de vieilles tomettes pour faire raccord avec le lieu, chaux, sable, bois pour faire le gabarit et le coffrage…


Démolition et évacuation des gravats.


Deux mois plus tard… merci à JG…



La montée vers le 1er ètage

Sous l’escalier on devine le puits, sur l’avant l’accès à
 la cave

Le puits sous le départ de l’escalier.



Plus qu' un escalier à restaurer du deuxième au troisième étage, manque plus que le nerf de la guerre !!!
Je repasse de nouveau à la phase contemplation pour un petit moment, "et maintenant que vais-je faire"  !!!!!


texte et photos Gildas

Partager cet article
Repost0

commentaires

luc leger 07/07/2017 14:58

comment ça tiens?? juste par prise de la chaux??

Gildas 07/07/2017 15:37

https://patrimoinealbret.wordpress.com/la-restauration/

Jean-Michel Duval 18/09/2012 17:31

Bonjour.Félicitation pour la réhabilitation de votre demeure.
je souhaiterais réaliser le même escalier en foraine dans la ferme que je restaure. et il possible que vous m'expliquer comment avez vous fait votre gabarit, merci

Luther47 20/09/2012 14:28



Merci, je vous envoie un mail, cordialemenr, Gildas



Thierry Baruch 28/03/2009 21:17

Ton escalier est vraiment magnifique ! NOus avons justement besoin d'inspiration pour notre escalier du 1er au 2ème étage.

Encore bravo

Luther47 05/04/2009 17:08



Merci Thierry pour ce commentaire d’encouragement. Je suis régulièrement et avec intérêt l’évolution de la restauration que tu as entrepris dans ta
maison. Toi aussi tu fais preuve de beaucoup de courage, que de travail! Une certitude, tu es bien plus assidu à la tache que moi et tes travaux avancent à grands pas… un grand bravo pour
l’utilisation de la chaux, et ta recette sur le chaulage des murs. Cordialement et au plaisir de te lire, Gildas.



Sam 17/01/2009 10:20

Je me placerai dans la catégorie des humbles apprentis bâtisseurs curieux... Amoureux de vieilles pierres, je m'efforce de libérer d'une gangue de béton et de plâtre une maison de pays du début du XIXème siècle en lui redonnant, dans la mesure de mes finances et des exigences de confort actuelle, sa configuration d'origine.

Luther47 17/01/2009 11:46



"humble apprenti bâtisseur curieux" la formule me plaît bien, je pourrais moi même m'inscrire dans cette catégorie. Dur, dur quand on privilégie le
chemin de la restauration à celui de la rénovation, et pourtant c’est dans des détails qui paraissent insignifiants, que tout se joue ! Les matériaux de récupération sont devenus hors de prix, ce
qui fait bien sûr, exploser les budgets dès que l’on se lance dans une restauration sérieuse… Passion quand tu nous tiens!
Cordialement Gildas
La restauration d'une "vieille dame" se fait dans le doute et la certitude...



Sam 15/01/2009 18:24

Merci Gildas.
Qu'avez-vous utilisé pour le dessus des marches ? Comment sont-elles encastrées dans le mur et sur combien de centimètres ?
L'ensemble est très harmonieux et surprend par son mélange de délicatesse et de robustesse !

Gildas 15/01/2009 19:27


Pour le dessus des marches, je me pose  encore la question. Pour l'instant c'est un liant de chaux. J'avais envisagé la pierre mais problème de raccord ( ça va
faire trop neuf) Ce sera sans doute en vieilles tomettes et le nez-de-marche en bois????
Les marches ne sont pas encastrées dans les murs. ( because, voûte sarrasine)
Pourrai-je, à mon tour, vous poser une question? Etes-vous un(e) batisseur(se)?
Un(e) curieux(se)? ou un(e) batisseur(se) curieux(se)? sourire. Gildas