Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La maison de Luther
  • : Le fil conducteur de ce blog est la restauration d'un hôtel particulier du XVII ème sur des bases médiévales. Je vous ferai découvrir aussi les châteaux de l'Albret et du Lot et Garonne, je vous parlerai de sauvegarde du Patrimoine et de l'histoire de Nérac à travers ses vieux quartiers, ses bâtiments, son architecture. Je vous souhaite une agréable visite
  • Contact

De la cave au grenier

 

 

 

 



       

       

        

Archives

28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 14:11

 

 


                                               

 

    Au beau milieu des bois, au cœur de la forêt landaise, là où les pas laissent leurs empreintes profondes dans un sol marécageux, dans cet région des landes où le froid y est très vif le matin et le soir même en été; là ou jadis les exhalaisons de l’aube répandaient, miasmes et fièvres, se dresse, faisant face un vaste airial la maison forte de Capchicot.



La maison-forte de Capchicot est un petit manoir du XVIe siècle, il est composé d’un seul corps de logis rectangulaire avec fenêtres à meneaux au 1er étage, flanqué de deux tourelles ; l’une au centre de la façade, elle fait office de tour escalier et d’entrée, l’autre à un angle. Toutes deux présentent un grand nombre d’archères et de bouches à feu. Sur la tour centrale, au dessus de la porte d’entrée subsiste les corbeaux d’une ancienne échauguette.

 


Cette maison forte servit de rendez-vous de chasse au roi de Navarre au cours de son séjour à Nérac de 1577 à 1587. elle joua également un rôle d'étape pour Henri de Navarre et ses agents comme le précisent les lettres d'anoblissement du maître des lieux par Henri IV en 1597. Capchicot servit aussi de gîte pour le maréchal de Praslin et Bassompierre, colonel-général des Suisses, lors de la campagne de 1620 menée par Louis XIII. En 1646, le seigneur de Capchicot et son fils furent assassinés par le gendre du seigneur d'Allons dans une querelle de préséance. Peu après, au cours de la Fronde, une unité de l'armée de Condé fit de Capchicot son repaire pour rançonner les environs de Casteljaloux, puis pilla le logis et incendia les communs. Les seigneurs de Capchicot s'installèrent alors dans leur château d'Aillas mais conservèrent Capchicot jusqu'en 1880. Les percements du rez-de-chaussée ont été largement modifiés.


Autres photos:
les ouvertures arrières corps de bâtiment détail ouvertutre
toit effondré de la tour d'angle
porte d'entrée de la tour escalier
détail du fronton de la porte de la tour escalier
maison forte vue de l'arrière

La petite Histoire

Le charbonnier Capchicot 

                                                                                                       Gildas



Partager cet article
Repost0

commentaires

Le Chevalier Dauphinois 19/11/2009 12:50


Dans les bourgs, très souvent les châteaux ont été démantelé ou détruit par quelques attaques. Mais les maisons forte ont survécu et sont devenues de belles habitation qu'il est plaisant à
photographier.
De plus, celle-ci a une histoire avec un illustre personnage.Incroyable !


Luther47 29/11/2009 12:49



J'ai un réel coup de coeur pour ces bâtiments, plus modestes certes que les châteaux, mais qui témoignent quand même de l'âpreté de de la vie dans les périodes de
troubles. Vivre dans la « lande » ne devait pas être sans danger, il y a quelques siècles!
Je ne pensais pas qu'il restait encore tant de maisons fortes et dans bien des cas très bien conservées.
Plus aisés à entrenir qu'un château, et donc, moins en péril que ces derniers.